La Suisse a remis à la Tunisie un montant d’environ EUR 3.5 millions suite à une demande d’entraide judiciaire de la Tunisie. Le sort final de ces avoirs dépendra des procédures actuellement en cours en Tunisie.

Le 26 mai 2017, dans le cadre de l’exécution par le Ministère public de la Confédération d’une demande d’entraide judiciaire de la Tunisie, la Suisse lui a fait remettre un nouveau montant d’environ 3.5 millions EUR.

L’argent bloqué en Suisse en lien avec Slim Chiboub, gendre du président déchu Zine el-Abidine Ben Ali, est transmis aux autorités tunisiennes avec l’accord de celui-ci. C’est désormais à elles de déterminer le sort de ces avoirs, qui dépend des procédures en cours en Tunisie.

Début 2011, le Conseil fédéral avait immédiatement réagi aux événements politiques en Afrique du Nord et bloqué les fonds déposés en Suisse par le président déchu Ben Ali et les membres de son entourage. Le but de ce blocage était de prévenir l’éventuelle fuite de capitaux d’origine présumée illicite et de faciliter ainsi la coopération judiciaire avec la Tunisie.

Depuis lors, des enquêtes pénales ont été ouvertes en Suisse et en Tunisie et des demandes d’entraide judiciaire ont été échangées. La coopération judiciaire, qui fonctionne bien entre les deux pays, avait déjà connu un succès en mai 2016 lorsque la Suisse avait procédé à une première restitution à la Tunisie.

Cette nouvelle remise de fonds est une manifestation tangible de la bonne coopération entre la Suisse et la Tunisie. Elle constitue un succès de l’entraide judiciaire et marque une étape importante dans le long et complexe processus du recouvrement des avoirs illicites de personnes politiquement exposées pour lequel la Suisse s’engage depuis des années.